• Khiva


    La plus intacte et la plus reculée des villes qui parsèment la Route de la Soie en Asie Centrale se rencontre au terme d’un périple à travers les âges qui part de la socialiste Tachkent pour atteindre cette médiévale esclavagiste. La ville est vieille de plus de 2500 ans, on la nomme la ville-musée à ciel ouvert. La ville de Khiva se partage en deux parties :

     

    ·        La ville extérieure - Dichan Kala

    ·        La ville intérieure - Ichan Kala

     

    Vous allez visiter les médersas, mosquées et palais des Khans de Khiva.

    La visite d’Ichan Kala comprend :

    ·        La médersa Mohammed Amin Khan, construite en 1851 sous le règne du khan Mohammed Amin, était l’une des plus grandes médersas d’Asie Centrale. Elle a été transformée en hôtel.

    ·        Le Kalta Minor, minaret inachevé qui se dresse au coin de la médersa, devait être le minaret le plus élevé du monde musulman (70 mètres). Mais malheureusement, après la mort du khan de Khiva, sa construction demeura inachevée jusqu’à 26 mètres.

    ·        La mosquée Djuma (Xème-XVIIème s) est la principale mosquée de Khiva avec 218 colonnes de bois sculpté évoquant les anciennes mosquées d’Arabie.

    ·        La Kunia Ark (XVIIe s) se composait de la Chancellerie du Khan, de salles de réception, du Harem, de mosquées et de divers locaux de services.

    ·        Le palais Tasch Hovli, c’est dans les dédales stylisés du ”Palais de Pierre” que vivaient Alla Kouli Khan (1826-1842) et son entourage extravagant. Le Khan impatient avait commandé ce palais en 1830, avec le projet de déplacer le pôle d’intérêt de la cité de l’ouest vers l’est. La construction du palais, à laquelle participèrent 1000 esclaves, dura huit ans.

    ·        La médersa Alla Kouli précède un cortège de bâtiments qui portent tous le sceau royal de l’un des plus grands khans de Khiva. L‘édifice est fermé, mais sa force artistique s’exprime résolument dans les céramiques au bleu glacial du plus haut portail de la ville.

    ·        Les douces bulles que forment les coupoles du Tim Alla Kouli Khan (1835-1838), aussi appelé Saraïbazar ou Marché du Palais, relient la cité intérieure au grand bazar, ainsi qu’à l’immense caravansérail Alla Kouli Khan, devenu un exotique grand magasin.

    ·        La médersa Abdoullah Khan, commandée par la mère du khan alors qu’il n’avait que 17 ans, accueille aujourd’hui un inégal musée de la Nature. A ses cotés, se trouvent les magnifiques portes ciselées de la minuscule mosquée Ak ou mosquée blanche. Les bains publics Anoucha Khan, situés à l’arrière, ont été construits il y a trois cent quarante-cinq ans pour Anoucha, le fils du Khan Abdoul Gazi.

    ·        Le mausolée de Pakhlavan Makhmoud est le plus remarquable monument architectural de Khiva. Pakhlavan Makhmoud, l’Hercule de l’Orient, Palvan Pir, le lutteur saint kurash, Pirar Vali, le poète perse antireligieux, et Mahmoud, le fourreur du district, ne sont qu’un seul et même homme. C’est sur le tombeau de cet homme saint que le mausolée a été édifié.

    ·        Le minaret et la médersa Islam Khodja est un minaret est 45 mètres de hauteur, c’est le plus haut monument de Khiva.

     

    La visite de Dichan Kala comprend :

    ·        Le palais Toza Bog(1893-1913) la résidence d’été de Moukhammed Rakhim Khan.

    ·        Le palais Nurulla Bay (1906-1912), la cour de la résidence Isphardiyar Khan.

     

     

    Les environs d’Ourguench :

    ·        La forteresse d’Ayaz Kala - point de départ spectaculaire pour explorer le vieux Khorezm, Ayaz Kala compte trois forteresses en ruines qui servaient de défense aux aristocrates. Douze statuettes en or ont, par ailleurs, été découvertes dans les ruines de la résidence d’Ayaz Khan, un potentat local ayant vécu aux IVème et IIIème siècles av. JC. Elles se trouvent aujourd’hui au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg.

    ·        Toprak Kala -  à partir des remparts de Toprak Kala, on découvre, à l’intérieur de la citadelle, le plan des habitations, une multitude de petites pièces imbriquées les unes dans les autres. Certaines étaient ornées de peintures monumentales parmi les plus anciennes d’Asie Centrale (IIème-IIIème siècles), elles sont aujourd’hui conservées au musée d’ethnographie de Noukous.

    ·        Katta Gouldoursan  - cette citadelle remaonte probablement au IV siècle av.J.C. son nom rappelle la légende de la princesse Gouldoursan qui, amoureuse d’un chef ennemi, a trahi son peuple en lui ouvrant les portes de la ville. Mais elle fut à son tour rejetée et toute la population fur masacrée. Plus réelle fut ladestruction de cette citadelle par les Mongols en 1221.